Michel Guignier, Puriste des purs jus

Mis à jour : août 21


Cela fait maintenant plus de 40 ans que Michel Guignier produit ses vins à Vauxrenard. C'est sans compter les années passées à travailler aux cotés de son père, sur le même domaine.


D'abord en conventionnel, jusqu'aux années 2000, Michel opère la transition progressive vers l'agriculture biologique, puis biodynamique et non-interventionniste, pour finalement proposer ses premières cuvées pur jus en 2007. Il est aidé par Christian Ducroux, vigneron expérimenté qui a commencé à cultiver en biodynamie dès les années 80.


Ensemble ils observent les sols, les vignes, pour comprendre l’écosystème propre à ces 4,2 hectares de parcelles de Gamay autour de Vauxrenard, proches de Fleurie, au sein de l'appellation Beaujolais-Village, à seulement une demie-heure de voiture du Mâconnais.


Vauxrenard se situe aux abord des appellations Beaujolais-village et Fleurie


La nature aux commandes


Depuis 2007 donc, Michel s'évertue à produire des cuvées pur jus, sans intrants dans les vignes, sans pesticides, et sans rien ajouter en bouteille, pas même de sulfite.


Ici, on a bien compris que c'est la nature qui commande. Le vigneron est un guide. Tel une main qui accompagne le mouvement imparable de la nature, il oriente plutôt qu'il ne contrôle.


Ici l'herbe pousse entre les rangs. Quand elle se fait trop haute et vient concurrencer la vigne, elle est coupée pour venir nourrir les sols qui l'ont vu grandir. Cette herbe n'est pas planté ni contrôlé autrement que par la coupe régulière. Tout comme les nombreux insectes qui peuplent la vigne, elle s'est installée d'elle-même, naturellement.


Douce véraison. Les vendanges approchent

Ici, la nature instaure son écosystème équilibré. Si un insecte prédateur de la vigne apparaît, un autre insecte viendra se nourrir du premier et ainsi limiter sa prolifération. Araignées, sauterelles, mantes religieuse, grillons, scarabées, fourmis, papillons, coccinelles et vers de terre de toute sorte peuplent ce milieu bien vivant.


Tout cet environnement animé permet de se passer des intrants chimiques, à terme. Il permet également d'enrichir la qualité des raisins ainsi produit.





Autant de choses malheureusement inconcevables pour 95% de la production mondiale de vin.

Michel Guignier, Vauxrenard

Des vins qui se boivent comme de l'eau


C'est ce qu'il souhaite atteindre. Des vins fins, légers, ce qu'il faut de structure et de longueur en bouche, pour apprécier pleinement ces fruits rouges succulents, souvent tintés d'une minéralité tout aussi délicate.

La cuvée rosée : Mystère de Rosée, est taillée pour la table, et se mariera parfaitement avec les plats d'été.


Dotée d'une haute buvabilité, ce rosé gastronomique ne manque pas de matière ni de structure pour accompagner vos apéros et repas ensoleillés.


Attention, tout comme tous les jus du domaine, vous aurez sûrement l'occasion de remarquer qu'il se boit très, très vite.






Chaque cuvée correspond à une parcelle bien spécifique. C'est tout l'intérêt du travail initié par Michel. En n'intervenant que très peu sur les terres exploitées, le terroir n'est pas fondamentalement modifié par la main de l'homme.


Ainsi, chaque parcelle produit des raisins au caractère propre. Certain plus minérale, d'autre plus florale. Le terroir s'exprime pour le plaisir de nos papilles.




Je ne peux que vous conseiller de vous rendre au domaine où vous serez toujours bien reçu : http://vignebioguignier.com/


Certain bar à vin à Paris proposent le cuvées de Michel Guignier : Aux deux amis, Chambre noir, Cru et découvertes.


Valentin Mery

  • Blanc Facebook Icône
  • Instagram
  • Twitter @lanouvellevigne
  • Blanc Pinterest Icône
RECADRE_LOGO_NOUVELLE_VIGNE_NEGATIF_Plan
Contact

La dose fait le poison. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.

A consommer avec modération, en pleine conscience.

Valentin MERY