Louis Damien Bouchacourt, made in Chenas

Mis à jour : oct. 6

Il y a des rencontres qui marquent plus que d'autres.


A l'été 2019, alors que je faisais mes premiers pas affirmés dans les vignes à la rencontre des vignerons du nord Beaujolais, j'avais passé l'après midi chez Louis Damien Bouchacourt.


C'est Michel Guignier, chez qui je logeais en wwoofing, qui m'a invité à aller voir ce jeune vigneron situé à Chenas. J'ai parlé de son domaine dans cet article consacré aux vignerons que j'avais rencontré il y a maintenant un an.


Nous sommes maintenant en septembre 2020. Nous nous retrouvons dans les vignes de Louis Damien, sur l'appellation Chenas, cru du Beaujolais.


Louis Damien Bouchacourt, 11.09.2020

Un domaine d'abord familiale


Louis Damien a repris une partie du domaine familiale en 2014. Auparavant, une vingtaine d'hectares de vignes étaient exploitées par son père.


La majorité de cette superficie est aujourd'hui au bénéfice de son frère, qui a repris une quinzaine d'hectare, en agriculture raisonnée. Louis Damien quant à lui valorise 3 hectares plantés majoritairement de Gamay, et quelques Chardonnay.


Cette répartition vient de la volonté du vigneron de reprendre l'exploitation à taille humaine. Au delà d'une certaine superficie, il est difficile d'être aussi attentionné que nécessaire si le vigneron souhaite prévenir plutôt que guérir.


L'enjeu est d'arriver à un certain point critique, où la surface permet un rendement suffisant pour en vivre, tout en conservant le travail manuel viable. L'idée est d'avoir recourt le moins possible à la mécanisation, plus rapide, mais plus onéreuse pour l'écosystème que le vigneron souhaite valoriser.


Le vivant avant tout


Dès sa reprise de sa partie du domaine familiale en 2014, Louis Damien démarre la conversion vers la bio. Il faut 3 ans de pratique de l'agriculture biologique pour avoir droit à la certification.


Pendant cette période et aujourd'hui encore, le vigneron de Chenas observe minutieusement les résultats de chaque action. Son envie n'est pas de suivre un système tout tracé pour conduire ses vignes. Il veut avant tout les accompagner, en cherchant l'équilibre, entre la vie de ses sols, qui se développe au fil des années, et de tout son environnement.


Ses observations l'on conduit à ne plus rogner les vignes en été, pratique répandue pour faciliter le travail des vendangeurs. Les feuilles ainsi conservées viennent faire de l'ombre aux grappes de raisins, les protégeant ainsi des chaleurs de plus en plus intenses.


"En réfléchissant je me suis dit que rogner est un confort pour nous mais pas nécessaire pour la vigne en soi".


Ce sont des idées simples comme celle-ci qui permettent d'adapter la vigne à son environnement, sans la brusquer.


Petit à petit, Louis Damien expérimente pour trouver le fameux équilibre. A propos des principes de la biodynamie, il ne s'y est pas encore essayé. Pour le moment, l'idée est de voir les résultats de chaque actions de l'agriculture biologique, avant d'ajouter de nouvelles pratiques dont les effets sont variables suivant l'environnement.


Les traitements nécessaires en cuivre sont déjà en diminution, d'années en années, à force de ces bonnes pratiques.



Des Vins de vigneron et de terroir


Nous retournons dans son chai, où la musique classique et le jazz rythment la vinification.


Nous gouttons à tout, au pied des cuves, des jus bientôt prêts, déjà bon, prometteurs.


Ici on sort pour savourer. Sachez le, on déguste souvent mieux en extérieur, à l'air libre, loin des odeurs cloitrées du dedans.


La constante ici, c'est la fraicheur. Tout semble si digeste. Le croquant des fruits rouges frais se fait sentir sur les plus jeunes millésimes de Made in Chenas. Sur les plus anciens, une certaines concentration nous emmène sur les fruits rouges et noires plus mûrs, tout en conservant une certaine minéralité.


Un équilibre général, jamais trop alcoolisé, ni tannique, nous satisfait verre après verre.


Mention spéciale pour la cuvée de Chardonnay de Louis Damien Bouchacourt. Le Glouglou, c'est une minéralité bouleversante, une grande acidité, et une aromatique qui vient tout équilibrer : citron mûr, pêche blanche, ou autres agrumes...


Difficile de reconnaitre les attraits du Chardonnay. Une réussite qu'on pouvait bien attendre d'un vigneron qui a fait ses classes chez Julien Guillot, grand vigneron bien connu de Macon Cruzille.


La qualité de ses cuvées vient d'une préoccupation principale du vigneron de Chenas, donner le temps au temps. Il m'explique qu'il est parfois nécessaire d'attendre, sans intervenir, que le vin se mettent en place.


Ainsi, une levure indésirable laisse sa place à une autre. Un acidité volatile galopante vient contrebalancer un PH haut du jus récolté...


Là encore, c'est la recherche d'équilibre qui prévaut. Louis Damien Bouchacourt prend soin de ne pas vendre ses vins au plus vite, pas tant qu'ils ne sont pas prêts à être savouré sous leur meilleur jour.



J'ai souvent tendance à dire que l'on retrouve la personnalité de la vigneronne ou du vigneron dans ses vins. J'ai tout particulièrement fait ce constat en dégustant les vins de Louis Damien.


On ressent dans ses bouteilles toute l'attention portée au vigne, au jus, au vin. Cette volonté de donner du temps au temps se retrouve dans la pureté, l'équilibre de ses vins.


Attentionné donc, Louis Damien Bouchacourt est un vigneron qui promet des vins de terroirs, et de personnalité.


A suivre sans modération.





Ces vins sont trouvables à Lyon, pour beaucoup. Peu sur Paris pour le moment.





  • Blanc Facebook Icône
  • Instagram
  • Twitter @lanouvellevigne
  • Blanc Pinterest Icône
RECADRE_LOGO_NOUVELLE_VIGNE_NEGATIF_Plan
Contact

La dose fait le poison. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.

A consommer avec modération, en pleine conscience.

Valentin MERY