Comprendre les labels sur les étiquettes

Mis à jour : août 21


On peut facilement se perdre face aux labels et aux certifications qui garantissent que le vin est issu d'une démarche biologique, biodynamique etc... Voici quelques éléments de repère pour y voir plus clair lors de la sélection de vos bouteilles.



Le vin certifié "biologique"


Le vin en certification biologique est le plus courant des trois démarches car il s’agit de celle dont la réglementation est la plus souple. Le plus courant des labels régissant le vin biologique est le label français AB qui s’est depuis aligné sur les critères du label d’agriculture biologique européen, qui le remplace peu à peu. Pour le secteur de la viticulture, la certification est assez jeune car elle n’existe officiellement que depuis 2012. Les domaines qui adhérent à ce label sont obligés de respecter un cahier des charges concernant la culture de la vigne et la vinification : 


- Dans la vigne, les traitements synthétiques comme les engrais chimiques, les insecticides, les désherbants, les OGM ne peuvent être utilisés.

- Dans le chai, certains intrants chimiques autorisés pour les vins conventionnels sont interdits mais il en reste malgré tout une quantité importante, utilisée légalement par les vignerons.


Par ailleurs, la certification du label AB autorise encore l’acidification, l’ajout de tanins, l’ajout de soufre, de levures industrielles, l’utilisation de pesticides naturels, de cuivre et beaucoup d’autres pratiques « border line ». Certes, cette certification s’avère être une démarche qui va vers le bon sens mais les réglementations concernant la vinification sont encore minimes.

Logo Agriculture Biologique et son équivalent Européen

Le vin certifié "biodynamique"


Il s’agit d’une démarche biologique cherchant à aller encore plus loin que la première, tant dans les méthodes de viticulture que de vinification afin d'obtenir un vin dont l'identité reste sincère avec celle de son terroir. Evidemment, aucun intrants chimiques sont autorisés dans la vigne, les additifs lors de la vinification sont extrêmement limités ainsi que le taux de sulfites ajoutés.


Les vignerons qui élaborent des vins en biodynamie cherchent à maximiser l’échange entre la terre et la plante pour lui donner plus d’énergie et de vie. Ils utilisent pour cela des traitements dit « homéopathiques » qu’ils appliquent à la vigne. Il existe de nombreuses préparations, trop longues pour toutes les énumérer, mais nous pouvons donner l’exemple des préparations à base de plantes infusées puis diffusées sur la vigne.


Toujours dans l’objectif final de renforcer la plante, les vignerons s’aident du calendrier lunaire pour optimiser la synergie entre la terre, la vigne et la lune lors des différentes opérations menées en viticulture et lors de la vinification. C’est un penseur et philosophe, Rudolf Steiner (1861-1925) qui instaura les bases de cette mouvance aussi appelée anthroposophie.


Deux labels existent pour certifier l’usage de la biodynamie :


- Demeter qui est une de certification internationale de produits issus de l'agriculture biodynamique.

- Le label Biodyvin qui certifie uniquement les domaines viticoles en Europe. Il s’agit d’un petit label car il ne concerne pour le moment qu’une cent-cinquantaine de vignerons.


La démarche biodynamique commence à s’étendre dans quasiment toutes les régions viticoles de France au grand bonheur des amateurs de bons vins, dont l’expression reflète véritablement le terroir dont ils proviennent.



Le vin dit "nature"


Il s’agit de la méthode la plus extrême des trois. Combinant les deux méthodes biologique et biodynamique, les vignerons pratiquant cette démarche n’utilisent strictement aucun intrant et technique de vinification cherchant à dévier le vin de sa vraie nature.


Hélas, la certification de vins dits « nature » n’est pas encore d’actualité. L’idée de définir ce qu’est un vin nature par un cahier des charges s’avère être un challenge difficile à relever. Par ailleurs, certains collectifs de vignerons défendent fermement cet idéal que le vin doit être un jus de raisin fermenté et rien de plus.


Pour exemple, l’association des vins S.A.I.N.S crée par Catherine Vergé, vigneronne dans le Mâconnais commence à prendre de l’ampleur et séduit petit à petit des vignerons engagés dans une démarche de viticulture la plus « naturelle » possible.


Comparaison des labellisations proposée par l'association des vins S.A.I.N.S

  • Blanc Facebook Icône
  • Instagram
  • Twitter @lanouvellevigne
  • Blanc Pinterest Icône
RECADRE_LOGO_NOUVELLE_VIGNE_NEGATIF_Plan
Contact

La dose fait le poison. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.

A consommer avec modération, en pleine conscience.

Valentin MERY